♥ li lit bouquin ♥

A vous de lire

Sur la route de Madison

18 Commentaires

sur-la-route-de-madison-53918-250-400

Des romances à l’eau de rose et des histoires d’amour j’en ai bien lues, mais celle là m’a tout simplement foudroyée. J’en ai pleuré pour vous dire. A la fin du livre, je me suis posée pour un moment et je me suis demandé sur les éthiques de l’épouse modèle et le fait de tromper son conjoint et ce n’est pas pour inciter au pêché ou se révolter contre les mœurs de la morale, mais tout simplement on se rend compte à quel point un amour « péché » est dur à porter. Cette lecture ne m’a pas laissée intacte, elle a chamboulé ma vision des choses et j’en suis sortie avec moins de préjugées envers tous deux s’aimant dans « l’illégitimité ».

Pour le résumé, cette fois ci j’ai décidé de reprendre fidèlement un joli texte que j’ai croisé sur un site littéraire et je vous l’étale ci-dessous :

« Francesca est une femme esseulée provisoirement, cantonnée à la maison à quelques tâches ménagères pendant que sa famille passe quelques jours à la fête de l’Etat pour y exposer un taureau de concours. Le premier jour, un homme arrive devant sa porte. Il est photographe pour le National Geographic et doit produire un reportage sur les ponts de Madison County. Il s’est perdu et Francesca va le guider.

Les ponts de Madison County vont servir à relier ces deux âmes égarées. Elle est belle, il a de l’allure. Dans leurs regards, on ne devine cependant que pudeur et respect. Le jeu de séduction se met en place mécaniquement, sans que les deux personnages s’y laissent prendre. Quelques plans à l’intérieur de la voiture, une mains qui frôle un genoux pour atteindre la boîte à gants, et dès lors innocemment la charge érotique prend soudain une toute autre dimension.

A partir du moment où l’auteur: Robert James Waller assume la pudeur et la retenue de ses personnages, il y a comme un défi et un équilibre à tenir puisque l’on sait qu’ils n’ont que quatre jours pour s’aimer. C’est à la fois bien assez et en même temps potentiellement trop court dès lors que chacun résiste un peu à son désir. Tout est contenu dans le “un peu”. Francesca et Robert cèdent en même temps, pas seulement parce qu’ils s’attirent physiquement, mais parce que le coup de foudre est sincère. »

J’ai vécu pleinement tout mot écrit dans cette romance.  A lire et à relire .

_Edition: Pocket_Prix: 14Dinars_Nombre de pages: 185

Publicités

Auteur : berwisha

http://sanslabel.wordpress.com/ https://lilitbook1.wordpress.com/

18 réflexions sur “Sur la route de Madison

  1. Diriez-vous que la lecture du livre s’impose lorsqu’on a vu le film ? Ou, pour le dire autrement, pensez-vous que le style littéraire de R.J. Waller est du même niveau que l’écriture cinématographique de Clint Eastwood – dont c’est l’un des plus beaux films ?

    • Sur la route de Madison je l’ai découvert d’abord en film et tellement j’étais sous le charme que j’ai décidé de lire le livre et j’étais encore plus charmée . R.J. Waller, je lui ai lu que cette œuvre Très bien écrite et très touchante .

  2. Je n’ai pas lu le bouquin mais le film est un de mes préférés. Je pleure à chaque fois au moment de la voiture…

  3. Le film est très juste je trouve.

  4. Moi étrangement le film m’a toujours bouleversée mais, après avoir lu le livre cet été, je continue de trouver que le film a plus de force. Ce n’est que mon opinion personnelle bien sûr… C’est peut-être dû aux acteurs Meryl Streep/Clint Eastwood que je trouve vraiment très bon dans ce film…très puissants.

    • Meryl Streep et Clint Eastwood est un couple explosif , je suis bien d’accord . Le film est une réussite . Après je pense qu’on adore toujours la première version vue ou lue . S’il la première était un livre, on trouvera le film moins bon et inversement .

  5. Je découvre ton blog et il est très sympa !

  6. J’ai vu le film et c’est vrai qu’il est vraiment excellent. J’ai adoré cette histoire pleine de pudeur, après je redoute que le roman soit un peu lent, mais ça ne me fait pas peur. un jour que j’aurais l’âme romantique, j’essayerai de le lire !

  7. J’ai dû voir le film 6 ou 7 fois, et je ne peux jamais me retenir de pleurer… La vie de cette femme qui n’aura goûté que temporairement au vrai bonheur me touche énormément. En revanche j’ai étrangement été moins émue par le livre.

    • ça me rappelle pour Orgueil et préjugés; j’ai adoré le film Carrément (Je pense que je l’ai regardé 20 fois!) mais beaucoup moins le roman. On revient à l’idée de: on est marqué par la première version vue ou lue. Et vis versa.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s