♥ li lit bouquin ♥

A vous de lire


5 Commentaires

Cinquante nuances de Grey

Euh … si je commence mon article avec un air hésitant c’est qu’il y a de quoi. Ce livre ne peut pas être une fierté pour la lectrice que je suis, ou plutôt pour celle que je veux être, ou je rêve d’être… Bref, je me fais comprendre quoi. D’ailleurs si vous n’êtes pas branchés histoires coquines, ce livre n’est pas pour vous et si vous êtes des lecteurs sérieux, engagés, d’un tempérament classique, encore une fois ce livre n’est pas duuu tout pour vous. Alors c’est pour qui ?

*Pour les curieux …
*Pour les personnes qui traversent un vide sentimental,sexuel … mais pour ça un Harlequin qui reste assez light fera bien l’affaire. (Et puis il y a d’autres livres dans le genre non ?!)
*Pour les personnes qui s’emmerdent lors des longs trajets de train, métro, bus ou toute sorte de transport commun. Des idées bien impures pourraient bien vous faire oublier la longueur du trajet, le vacarme autour, la chaleur et le sentiment d’humiliation de ne pas avoir sa propre voiture alors que vous travaillez depuis 3ans (Je parle pas de moi, Hein !)
*Et bien c’est tout, 3 profils c’est déjà pas mal.

Bon ce livre a tant parlé de lui et je me demande toujours pourquoi il a pris tant d’ampleur.
J’ai lu les critiques des lecteurs avant de le commencer et elles étaient partagées: On adore ou on déteste. Quant aux avis des critiques littéraires, les professionnels et les féroces du domaine leurs notes étaient au dessous de la moyenne : Normal. Avec ça j’ai quand même lu le livre. Fallait que je me fasse mon propre jugement et puis un roman porno érotique avec un succès mondial, c’est pas tous les jours qu’on en voit. ( Je parle de ma personne bien-sur)
Ce qui m’a étonnée c’est qu’il se lit d’une traite, vous ne pouvez le lâcher qu’après l’avoir terminé !
Coté rédaction, le texte est linguistiquement pauvre ! Oui carrément pauvre .
Des descriptions plates, rien de recherché, beaucoup de répétition, absence de style : « il me regarde, mon cœur se met à battre, Il est si troublant, Oh mon Dieu..Blabla.. »
Tout ce qui nous retient c’est qu’on veut savoir la suite et on s’étonne d’avoir parcouru des liasses de pages sans nous en apercevoir, sans oublier que les passages érotiques pimentent la lecture ( Avouons le )

50nuancesdegreyAnastasia vierge de 22ans fait la connaissance du «très» beau et «très» riche homme d’affaires Christian Grey, qui la séduit, sort avec elle et lui révèle ses tendances de BDSM. Il s’avère après que Christian a vécu une enfance malheureuse, ce qui explique un peu ses complexes et ses cotés obscurs.

A part ça, le livre nous fait connaitre des détails très importants à savoir; que Grey utilise des gels douche et qu’il sent bon le linge propre (Apparemment ça excite), qu’il surgit toujours de nulle part et toujours comme par hasaaaard, qu’il saute Anastasia 3 voire 4 fois par jour (Ils se fatiguent jamais ? !!) et que sa partenaire nous  parle tout le temps de sa déesse intérieure et qu’elle nous saoule avec; « Ma déesse intérieure saute de joie, ma déesse intérieure danse » …ça vaaa … on a compris Y a tellement de répétition que ça devient pathétique.

Le pire c’est  qu’après la lecture des 500 pages, je n’ai toujours pas percé le secret de Christian ! Mais oui car il y a deux autres tomes qui suivent!  Je le savais pas moi ! Sinon, je l’aurai pas commencé le premier.

 Et non, je vais pas terminer les deux autres, si vous voulez tout savoir. A moins que je tombe dans la catégorie 2 des lecteurs de Cinquante nuances de Grey que j’ai cités plus haut.


18 Commentaires

Sur la route de Madison

sur-la-route-de-madison-53918-250-400

Des romances à l’eau de rose et des histoires d’amour j’en ai bien lues, mais celle là m’a tout simplement foudroyée. J’en ai pleuré pour vous dire. A la fin du livre, je me suis posée pour un moment et je me suis demandé sur les éthiques de l’épouse modèle et le fait de tromper son conjoint et ce n’est pas pour inciter au pêché ou se révolter contre les mœurs de la morale, mais tout simplement on se rend compte à quel point un amour « péché » est dur à porter. Cette lecture ne m’a pas laissée intacte, elle a chamboulé ma vision des choses et j’en suis sortie avec moins de préjugées envers tous deux s’aimant dans « l’illégitimité ».

Pour le résumé, cette fois ci j’ai décidé de reprendre fidèlement un joli texte que j’ai croisé sur un site littéraire et je vous l’étale ci-dessous :

« Francesca est une femme esseulée provisoirement, cantonnée à la maison à quelques tâches ménagères pendant que sa famille passe quelques jours à la fête de l’Etat pour y exposer un taureau de concours. Le premier jour, un homme arrive devant sa porte. Il est photographe pour le National Geographic et doit produire un reportage sur les ponts de Madison County. Il s’est perdu et Francesca va le guider.

Les ponts de Madison County vont servir à relier ces deux âmes égarées. Elle est belle, il a de l’allure. Dans leurs regards, on ne devine cependant que pudeur et respect. Le jeu de séduction se met en place mécaniquement, sans que les deux personnages s’y laissent prendre. Quelques plans à l’intérieur de la voiture, une mains qui frôle un genoux pour atteindre la boîte à gants, et dès lors innocemment la charge érotique prend soudain une toute autre dimension.

A partir du moment où l’auteur: Robert James Waller assume la pudeur et la retenue de ses personnages, il y a comme un défi et un équilibre à tenir puisque l’on sait qu’ils n’ont que quatre jours pour s’aimer. C’est à la fois bien assez et en même temps potentiellement trop court dès lors que chacun résiste un peu à son désir. Tout est contenu dans le “un peu”. Francesca et Robert cèdent en même temps, pas seulement parce qu’ils s’attirent physiquement, mais parce que le coup de foudre est sincère. »

J’ai vécu pleinement tout mot écrit dans cette romance.  A lire et à relire .

_Edition: Pocket_Prix: 14Dinars_Nombre de pages: 185


2 Commentaires

La délicatesse

la-delicatesseRésumé: Depuis plus de trois ans, Nathalie vit un bel amour avec son mari François. Entre eux tout va pour le mieux. On se demande même comment ils font pour échapper à la malédiction des couples mariés et la lassitude du quotidien. Malheureusement Nathalie finit par être rattrapée par une dure réalité : Son mari va mourir lors d’un accident de voiture. C’est là qu’un certain Markus entre dans sa vie, par la façon la plus inattendue qui soit.. Une nouvelle histoire d’amour voit le jour. Je vous laisse découvrir la fin pour ne pas griller le charme de la romance.

Mon avis: J’étais très déçue, surtout que j’ai entendu dire, que ce livre a eu 10 prix littéraires et tellement, je m’attendais à un roman grandiose que j’ai fini par détester.
Cela dit, je lui ai trouvé quelques points positifs: Il est facile à lire, très fluide, se lit vite et sans prise de tête. L’idée de l’histoire est bien originale bien que ça aurait pu être mieux .
Malgré ma petite mésaventure, je vais quand même vous communiquer les avis de mes amis, car ce bouquin a fait  l’objet de notre club de lecture du mois de Janvier et ci-dessous les avis :
*Avis1: Bien, avec des passages bien touchants.
*Avis2: Un livre plat sans plus .
*Avis3: Les débuts de narration étaient bien prometteurs, la fin est un peu bâclée et tirée par les cheveux.
*Avis4: Un livre inintéressant.
*Avis5: Il y a des passages drôles, l’humour était au rendez-vous.

Bon ce n’est pas pour vous mettre dans une confusion totale, mais moi je me suis promis de refaire une deuxième lecture, avec un œil différent et sans avis prédisposés pour ne pas brouiller ma critique.
J’ai prévu une relecture lors de mes grandes vacances, quand je serai d’humeur moins embêtée.

Ça vaut le coup? Oui mais faut pas s’attendre à un chef d’œuvre. C’est un bouquin light, simple et léger. A lire à la récré, lors des petites pauses ou pendant un trajet de train .

Ps: L’auteur de ce livre est David Foenikinos, je n’ai jamais fait attention à sa photo, ce qui me ressemble pas, car d’habitude, je suis toujours pressée de mettre un visage à qui je lis les écrits. Donc en rédigeant ma chronique, je me suis rappelée qu’aucune image de l’écrivain ne m’est restée collée à la tête. En le « googlant », j’ai découvert qu’il s’agissait d’un de mes chroniqueurs préférés du magazine Psychologie. (Je désespère toujours à retenir son nom) Et de ce fait, je lui accorde très gracieusement une deuxième chance => Une deuxième lecture s’impose.

Ce post restera en attente d’un second avis … dans quelques mois. #ASuivre

Edition: Folio_Prix:13Dinars_Nombre de pages: 210


5 Commentaires

Facebook m’a tuer

fb ma tuerCe livre est une bénédiction. Vraiment ! Je le conseille à toute personne accro à ce réseau social et entre nous on l’est presque tous. La première envie qui m’est venue en terminant le livre c’est de me faire toute anonyme, effacer mes photos et arrêter mes commentaires superflus. On se rend compte, que FB est devenu un espace maladif où chacun s’exhibe jusqu’à l’overdose .
D’autres aspects ont été étalés le long du livre: Les rencontres via le virtuel, la dépendance à tout ce qui est high tech (Iphone,Blackberry…), les partages sur twitter ..etc etc.  Bref nos habitudes changent et le virtuel est devenu une partie de notre quotidien.

Ce livre je l’ai découvert grâce à son précédent : Open Space m’a tuer. Un autre bijou dans le même genre où les deux auteurs: Thomas Zuber et Alexandre des Isnards critiquent le nouveau système managérial des OpenSpace. Je vous conseille vivement les deux bouquins, vous allez voir, ça se lit d’une traite et vous en sortirez avec une bonne autocritique objective.

Avant de finir, une réflexion que j’ai trouvée très vraie dans le livre, je la partage avec vous: « Aujourd’hui on s’envoie des »bizzz »et des « love » et des « on se voit quand??? » par chat, mail ou sms et il n’a jamais été aussi difficile de se voir. »

Editions: Pocket _Prix: 12Dinars  _Nombre de pages: 247